• Stephaline71

Interview de Peter Hince - Partie 2

Mis à jour : nov. 15

"Ils m'ont fait confiance et cela m'a incité à devenir photographe"


Peter Hince a travaillé comme roadie pour Queen dès 1975, alors qu’ils enregistraient l'album A Night At The Opera. Il a quitté le groupe après leur énorme spectacle à Knebworth le 9 août 1986 - ce qui s'est avéré être la dernière représentation de Queen avec Freddie Mercury.

Il revient ici sur son parcours et la manière dont il gère aujourd’hui ses archives liées à Queen.

Comment est-il devenu photographe ? Quelle est son actualité et quels sont ses projets ? Quels rapports a-t-il conservé avec le groupe aujourd’hui ? Et qu’a-t-il pensé du film Bohemian Rhapsody ?


Peter Hince avec un de ses appareils Nikon devant le Mountain Studios de Montreux en 1981 - © Peter Hince

Vous avez débuté la photographie alors que vous travailliez encore pour Queen. Vous avez d’ailleurs fait de nombreuses photos du groupe extrêmement connues, dont certaines ont été utilisées pour des pochettes de disques ou des affiches.

Comment petit à petit avez-vous eu envie de devenir photographe ? Le groupe vous a-t-il encouragé ? Et pourquoi avoir choisi de vous tourner vers la publicité plutôt que continuer la photo dans le milieu de la musique ?


Peter Hince : J'ai toujours été intéressé par la photographie, même quand j'étais enfant, j'aimais simplement l'image d'une photo imprimée. Nous avions un appareil photo familial, mais ce n'était qu'un Instamatic de base et il était réservé aux vacances ou à une occasion spéciale. Je venais d'une famille pauvre, et il était coûteux d'acheter une pellicule et de la faire développer. Puis, quand j'ai eu environ 19 ans, j'ai eu un appareil photo à peu près potable et j'ai commencé à l'expérimenter. Plus tard, quand j'étais avec Queen, nous sommes allés au Japon, où j'ai pu acheter des appareils Nikon -alors qu'ils étaient beaucoup moins chers à l'achat au Japon, et petit à petit, j'ai appris par moi-même. Quand on prenait des photos du groupe, il y avait certaines règles -de la même façon qu'on ne parlait pas du groupe en dehors du cercle, on ne donnait aucune information confidentielle, on ne jouait pas de musique qui était enregistrée à une personne extérieure, ce genre de choses. De la même manière, ils étaient vos patrons, donc vous ne preniez pas de photos au mauvais moment. Vous deviez juger du moment. Je prenais des photos juste pour m'amuser, et le groupe n'y voyait pas d'inconvénient. Certains membres de la direction m'ont alors demandé. "Ratty, tu as une caméra. Prends des photos. On en a besoin pour le magazine du Fan Club" ou quelque chose comme ça. Et ensuite, l’étape suivante a été de prendre une photo de Roger pour l’album Day at the Races parce qu'il n'aimait pas celle de la session de groupe et ça s’est en quelque sorte construit à partir de là. Cependant, cela ne m'a pas donné la permission d'aller partout avec mon appareil photo, en particulier avec Freddie. Mais pour un groupe qui était si visuel, ils avaient rarement des photographes autour d’eux. Jamais dans le studio ou aux répétitions, des choses comme ça. Nous avions des photographes en tournée, et donc quand nous étions en Suisse et que j'ai fait cette photo pour Jazz et que j'ai fait d'autres choses là-bas, je n'ai jamais été payé pour tout ça, mais c'était comme ça - et bien sûr, j'ai eu un buzz en le faisant. Après cela, il est apparu clairement que je pouvais prendre de bonnes photos et ils m'ont fait confiance en ces occasions et tout cela m'a incité à devenir photographe. Quelques années avant de quitter le groupe, j'avais fait quelques trucs pour un ou deux autres groupes et j'avais commencé à photographier des mannequins. Il est intéressant que vous demandiez “pourquoi n’êtes-vous pas devenu photographe musical?”, car lorsque j'ai quitté le groupe et que j'ai rassemblé mon portfolio, qui contenait des photos de Queen bien connues et d'autres choses sur la musique, j'ai fait le tour de toutes les maisons de disques et je n'ai pas eu un seul emploi, pas un seul! J'ai été vraiment surpris. Je pensais, et bien c’est sûr que si je peux faire des photos de couverture pour Queen qui restent de bonnes photos et qu’ils me font confiance, c’est aussi que je suis photographe, un photographe qui a travaillé dans l’industrie de la musique. Je sais comment traiter avec les musiciens, probablement mieux que la plupart des photographes, et je peux les mettre à l'aise, parler avec eux, et pourtant cela n'a jamais marché pour moi. Mais les départements artistiques des maisons de disques pouvaient être très clientélistes, ils voulaient des gens branchés ou autre. Et ce n'est pas faute d'avoir essayé. J'ai essayé très fort. J’ai un petit peu travaillé dans la musique mais rien de majeur. Et puis ça a dérivé vers le travail publicitaire, qui était meilleur à bien des égards -intéressant, bien payé et j'ai pu voyager à nouveau dans le monde entier! Mais j'ai fait des commissions pour le groupe après mon départ, et pour Freddie en particulier. Il a été formidable, il m'a soutenu, et c'était très gratifiant. Bien sûr l'industrie de la photographie est totalement différente maintenant. Un enfant de 7 ans avec un téléphone peut prendre de superbes photos aujourd’hui -l’artisanat a disparu. Mais c’était agréable de revivre les choses et de regarder récemment des négatifs de Queen et de remarquer des choses que je n'avais jamais vues auparavant. Je devais faire quelques expositions, mais à cause de la pandémie, elles ont été reportées : une en Corée du Sud, deux en Italie et une au Royaume-Uni, mais j'espère qu'il y en aura une à Munich l'année prochaine ou dans 18 mois, croisons les doigts. Nous vivons tous en des temps incertains, mais pendant cette période, je suis parvenu à réfléchir à beaucoup de mes photos et j'ai été très occupé pendant le confinement avec quelques grandes émissions de télévision sur Queen qui sortiront plus tard cette année. J'ai de la chance que les gens me demandent de le faire, et qu’ils utilisent mes images. J'accorde régulièrement des licences pour des images de mes archives et je peux être sélectif. Elles ne sont pas du tout associées à des agences ou des bibliothèques. Si vous voulez ces images, vous devez venir me voir directement. Ce qui les rend beaucoup plus exclusives. C'est bien de pouvoir avoir ce contrôle et de voir qu'elles vont aux bons endroits.

Le livre de Benoît Clerc (Queen, La Totale : Les 188 chansons expliquées) sort en France le 14 octobre et il contient plusieurs de vos photos, dont certaines jamais vues avant. Pouvez-vous nous en dire plus?



Peter Hince : J'ai été contacté par l'éditeur qui est Hachette à Paris. Hachette est une grande maison d'édition internationale. Et nous venons d'établir une très bonne relation. Ils ont été très corrects, très faciles, et j'ai dit : « je peux vous donner beaucoup de matériel, je peux vous donner des choses qui n'ont jamais été vues auparavant. Et je peux vous les présenter. Je peux vous donner les détails ». Parce que dans tant de livres, les informations sont fausses. C'est tout à fait faux, et c'est la même chose avec les livres que d'autres personnes ont écrits et que je trouve risibles tant ils se trompent. C'est parce qu'ils n'étaient pas là - ils ne l'ont pas vécu. J'aime que les choses soient faites correctement, pour que ce soit juste. Les fans de Queen sont très pointilleux, ils savent si ce n'est pas exact, ils savent si les choses sont fausses ou quoi que ce soit d'autre. Et le problème, c'est qu'au fil des ans, on raconte des histoires qui ne sont pas tout à fait vraies, et puis cette histoire devient encore moins vraie et donc dix ans plus tard, c'est une histoire totalement différente. Mais parce qu'elle a été racontée dans un livre, les gens pensent qu’elle est correcte. Je veux juste que les choses soient exactes, pour être juste envers le groupe. C'est mon point de vue. J'espère que le livre aura du succès. Je pense qu'il est de très bonne qualité. Parce que d'après ce que j'ai vu, ils ont fait beaucoup de recherches. Je pense qu'il y en a d'autres qui vont sortir. Je sais que Neal Preston, qui était le photographe de la tournée, a aussi un livre qui va sortir. Neal est un photographe génial et un type vraiment super, et il a pris des choses merveilleuses pour le groupe, en particulier en Amérique du Sud. J'ai hâte de voir son livre*. Mais franchement, la plupart des livres sont des déchets, ils utilisent juste les mêmes vieux trucs, du copier-coller à partir d'interviews, ou ils les inventent, utilisent les mêmes vieilles photos et ils ne semblent pas se soucier de la qualité.


*PRESTON, Neal. Queen, les photographies de Neal Preston. Éditions Glénat, 4 Novembre 2020.

Avez-vous pensé à sortir votre propre livre de photos sur Queen ?

Peter Hince : On m'a demandé à de nombreuses reprises, et ce que j'ai toujours dit, c'est que je ne peux pas faire le livre « définitif » de Queen, parce que je n'ai pas de photos de 1970-1974, ou des dernières années après la fin de leur tournée (à l'exception de certains tournages vidéo). Il ne peut donc pas s'agir d'un livre définitif de Queen. Il existe de nombreux livres auxquels j'ai contribué, mais il est évident qu'ils font appel à d'autres photographes et agences. Donc si je devais produire un livre, il ne serait que d’une certaine période et d'un certain type de photographie.


Le tournage du clip "Radio Gaga" aux Shepperton Film Studios en novembre 1983 - © Peter Hince

Cependant, récemment, l'intérêt s'est accru, et je pense qu’en raison du succès de mon livre dans de nombreux pays à travers le monde, il pourrait simplement s’agir d’une sorte d'expansion de ce livre. Ainsi, quand je parle du Madison Square Garden, j'ai une photo du Madison Square Garden en 1980 avec des gens qui passent devant, habillés comme ils le seraient en 1980, ou des rues de New York en 1980. Ou Freddie dans le studio pendant les sessions de The Game etc. Avoir ces petits choses de la vie courante, comme les bus de tournée que nous avions aux États-Unis et les arrêts routiers, juste pour essayer de donner un aperçu de ce que c'était sur la route, avec des photos du groupe. Je pense que c'est ce que j'aimerais faire, et j'ai des éditeurs intéressés. Je ne peux pas faire un autre livre écrit parce que je ne peux pas changer l'histoire, j'ai fait la version de poche qui est sortie quatre ans après l'original et j'ai pu me souvenir de choses que j'avais oubliées, j'ai pu me débarrasser de choses qui ne me semblaient pas fonctionner, et j'ai pu modifier des éléments, ajouter des petits bouts aux histoires et resserrer l'écriture. Je pense donc que le livre de poche qui est sorti en 2015 est un bien meilleur livre. Comme on dit, dès qu'on a fini d’écrire un livre et qu'il est imprimé, on veut le changer. Je pense donc que ce livre est assez bon et j'en suis fier. Probablement que je le prendrais maintenant, je voudrais encore changer des choses, mais je ne peux pas écrire un autre livre. Je veux dire que certaines personnes disent : "Quand allez-vous faire votre prochain ?" Eh bien, je ne peux pas, à moins que vous ne vous intéressiez à moi après que j'ai quitté Queen, ce qui n'est probablement pas le cas et c'est compréhensible. Je pense qu’un livre de photos montrant un peu les coulisses, vous savez l'intérieur des chambres d'hôtel, par exemple, en faisant un petit voyage de cette façon, en étant dans le Tokyo des années 70 -en utilisant quelques petites photos comme ça avec les autres images du groupe et la configuration de la scène- ce genre de chose. Ce serait un livre de fans parce qu’avec un peu de chances les fans l'achèteraient, mais j'aimerais qu'il soit intéressant pour d'autres types de fans de musique, comme je voulais que mon livre Queen Unseen le soit. Ce que j'ai écrit, c’est ce qu’a expérimenté tout roadie travaillant pour des grands groupes dans les années 70 et 80. La monotonie des tournées et des enregistrements, le ridicule de la situation, la folie, l'alcool, les autres divertissements, etc. Je voulais juste transmettre ce que c'était vraiment. J'ai de bons amis qui ont travaillé pour d’autres groupes, et nous partageons tous des histoires similaires. C'était donc juste l'époque et la façon dont les choses étaient à l'époque. Ce serait un beau projet à réaliser et peut-être une autre exposition de photos, éventuellement à Munich et peut-être faire quelque chose en rapport avec Musicland*, pour en faire un thème plus allemand, ajouter quelques trucs, des affiches de tournée ou quelque chose comme ça, qui donneront aux gens un peu plus de profondeur, et j'espère que quand nous serons sortis de ce pétrin, je pourrai faire ces choses-là.. Les gens font des offres tout le temps, mais ils ne réalisent pas ce que cela implique et combien cela coûte. J'ai fait une grande exposition en Australie il y a environ dix ans, parrainée par le conseil municipal local, dans une ville en dehors de Melbourne, et elle a eu beaucoup, beaucoup de succès. Elle a coûté très cher, mais elle a été subventionnée et sponsorisée. Et c'était amusant de le faire et de revivre toutes ces choses, et de regarder les images du groupe que je vois différemment maintenant. Par exemple, cette photo de Freddie sur la couverture quand il a les yeux baissés. Jusqu'à ce que je fasse une exposition il y a environ 10 ans, je n'avais jamais vraiment vu cette image, parce que sur la planche-contact il y a Fred et il prend sa pose de macho et il a une cigarette, et il fait ça (pose de dur à cuire). Mais ensuite, il s'est un peu détendu pendant un moment et il a baissé la tête, et j'ai pris la photo. Mais quand j’ai regardé la planche contact et ce qui est marqué, ce sont toutes les autres qui étaient demandées parce qu’elles ressemblaient plus à des photos publicitaires. Mais ce n'est pas une photo publicitaire.


*Musicland Studios : studios d’enregistrement situés à Munich (Allemagne) dans lesquels Queen a enregistré plusieurs albums


C'est vraiment Fred…

Peter Hince : Exactement, c'est lui qui perd le contrôle et qui ne fait que réfléchir, vous savez. Mais vous avez toujours la veste en cuir, vous avez toujours le symbolisme de la bière, un peu grossière comme on pourrait le dire, et la forme de celle-ci. Je me souviens très bien quand je l'ai prise. Je faisais des portraits du reste du groupe sur un fond uni dans un couloir à l'extérieur de Musicland. Et puis Fred m'a dit : "Chéri, je ne veux pas ça" et j'ai dit "Ok Fred, qu’est-ce que tu veux ? " Il m’a répondu qu’il voulait avoir l’air "méchant et de mauvaise humeur". Et il y avait un mur, malheureusement on ne le voit pas vraiment sur la couverture parce qu'ils l'ont blanchi. C'était un mur qui était tout sale avec des graffitis dessus, et il a dit "Je ne veux pas de lumière tamisée" alors j'ai juste mis une lumière sur le côté et j'ai fait une pellicule. Puis il a dit "J'en ai assez maintenant, je vais y retourner" et c'était fini.


Photo de Freddie Mercury à l'extérieur des Studios Musicland - © Peter Hince

Regarder ces photos aujourd’hui est plus intéressant qu'à l'époque, en particulier les images de Fred où l'on s'attend à une chose mais où l'on obtient autre chose. Si j'ai réussi à obtenir les images que j'ai faites, je pense que c'est probablement parce qu'il se sentait à l'aise avec moi. Il ne se sentait pas menacé -j'étais son roadie. Et il savait aussi que je n'allais rien faire qui ne lui plaise pas, et que nous étions très proches. Nous étions de bons amis et nous travaillions ensemble, et j'ai donc beaucoup de photos de lui quand il rit et qu'il n'est pas sur ses gardes. Parce que sur plusieurs photos il cache ses dents et il est un peu raide, et j'aime les photos où il s'amuse et rit. C’est intéressant les choses que vous pouvez voir plus tard, ou que vous pouvez voir d'une autre manière, et c'est une chose qui se poursuit. Je suis heureux de faire ça maintenant.


Aujourd’hui vous animez des conférences mais aussi des expositions de photos sur Queen. Quels rapports avez-vous conservé avec le groupe ?


Peter Hince : Eh bien, il n'y a plus vraiment de groupe, juste deux des quatre membres d'origine. John est très discret et je n'ai pas parlé ou vu John depuis de très nombreuses années. Il ne parle à personne. Et c'est très bien -les gens devraient respecter sa décision de quitter le monde de la musique et de vivre la vie qu'il veut.

Je n'ai pas vu Roger et Brian depuis longtemps, peut-être 5 à 10 ans. Nos vies à tous changent, et le temps passe si vite - je veux dire, cela fait 34 ans que j'ai quitté Queen. Il n'y a pas de mauvais sentiment ou quelque chose comme ça. Juste que les opportunités n'ont pas été là.

Je suis toujours en contact avec Mack, nous sommes de bons amis -je l'ai vu il y a deux ou trois semaines. Et aussi avec Fred Mandel, le claviériste de Queen qui a travaillé sur le Hot Space Tour et sur l'album The Works. Il a fait beaucoup de travail de clavier sur l'album The Works et Freddie l'a fait jouer sur son album solo, parce que Fred Mandel pouvait faire des choses que Freddie ne pouvait pas faire, il pouvait jouer un très bon piano rock and roll. Il travaille toujours avec Mack, et je sais qu'il est en contact avec Brian.

J'ai vu Mary, la petite amie de Freddie -pas depuis un moment, mais elle est toujours très douce et toujours aussi gentille. Et un très bon ami de Freddie, David Wigg, qui était l'un des seuls journalistes en qui Freddie avait confiance et qui a réalisé beaucoup de ses interviews. C'est un ami que je vois assez souvent. Il y a donc quelques personnes. Je suis aussi en contact avec un ou deux des roadies et gars du son, et un ou deux des éclairagistes à l’occasion. Malheureusement, Gerry Stickells, notre directeur de tournée, est mort l'année dernière et beaucoup d'autres sont partis.


Annonce du décès de Gerry Stickells dans le journal Times (17 avril 2019)

Quel regard portez-vous sur la façon dont Roger et Brian poursuivent leur carrière après la mort de Freddie?

Peter Hince : Quand Freddie est mort, John a senti que c'était la fin de Queen. Il ne voulait pas continuer, et ils n'avaient pas besoin d'argent. Je peux comprendre que Brian et Roger veuillent continuer parce qu'ils sont musiciens et c'est assez normal.

Mais ce n'est pas Queen -c'était Queen avec Paul Rodgers et c'est Queen avec Adam Lambert. Et c'est du divertissement, ils sont toujours de grands musiciens, ils jouent bien, et ils font un grand spectacle pour les gens qui n'ont jamais vu le groupe original. Alors bonne chance à eux, mais ce n'est pas Queen. Je comprends tout à fait pourquoi Brian et Roger veulent continuer à jouer, mais j'aurais été plus intéressé de les voir faire quelque chose de vraiment différent, vous savez, ils en sont capables musicalement. Et vous ne pouvez pas nier le succès qui continue.

Freddie aurait certainement continué et il serait parti faire toutes sortes de choses, pas seulement ses projets solo ou les choses qu'il a faites avec Montserrat Caballé, il se serait probablement lancé dans la musique de film, vous savez, des bandes originales peut-être. Il aurait peut-être fait des reprises de grands classiques avec juste lui et un piano ou autre chose. Il n'aurait pas couru sur scène quand il avait la quarantaine - il a toujours dit qu'il ne ferait jamais ça.


Imaginez-le faire un album de standards, de standards de jazz…


Peter Hince : Oh absolument, il pouvait le faire vous savez, sa gamme était tellement large et je pense que ce qui est le plus poignant, c'est le concert en hommage à Freddie en avril, après sa mort.

Je suis sorti de ma retraite pour aider John parce que j'avais quitté le groupe 5-6 ans auparavant. De toute façon, John était nerveux, je veux dire qu'ils étaient tous nerveux. Ils avaient donc le même ingénieur du son, le même ingénieur sur scène, je suis revenu pour aider John, et le roadie de Brian était toujours là. Mais de toute façon, ils voulaient, je pense, juste ce confort autour d'eux. On a fait des répétitions, et puis les gens sont venus faire leur numéro, ils ont fait le spectacle.

Très peu de gens se sont approchés de Fred. Je pense qu’on se rend compte alors à quel point il était bon, je veux dire que George Michael était formidable. Il a réussi. Il en était digne. Elton [John] était très bon, un homme charmant, très bon ami de Freddie et je pense qu'il a bien réussi. Lisa Stansfield était impressionnante quand elle a fait I want to Break Free. Mais qui est meilleur que Fred comme chanteur ?

Mais c’est intéressant ce que vous avez dit à propos de Fred reprenant des classiques. Je pense que c'est quelque chose qu'il aurait pu faire. Cela lui aurait convenu, je pense vraiment bien, plus tard dans sa vie. Il a eu un grand producteur avec qui il a travaillé, Mike Moran, qui a coécrit Barcelona. Mike est un type adorable, un grand pianiste, un grand arrangeur et c’était aussi un bon ami de Freddie. Et je pense qu'ils auraient continué à travailler sur des projets et je suis sûr que Freddie aurait retravaillé avec Mack. Quoi qu'il fasse, cela aurait été quelque chose de créatif. Il aurait peut-être conçu quelque chose, il aurait peut-être juste peint et fait une exposition, ou autre chose... mais cela aurait toujours été quelque chose de créatif parce que c'est ce qui le faisait continuer. Être créatif, fondamentalement la musique bien sûr, mais il aimait toutes sortes de choses. Sa maison était pleine de gravures japonaises sur bois, de bronzes art déco et de toutes sortes de choses. Il avait un très bon œil et bien sûr - une très bonne oreille aussi !

Vous avez émis des réserves sur le film Bohemian Rhapsody. Considérez-vous tout de même que celui-ci a permis de réhabiliter Queen et Freddie Mercury aux États-Unis ?


Peter Hince : Je pense que oui, mais je pense qu'il y a eu d'autres facteurs au fil du temps. Il y a eu des choses comme Wayne's World, avec Bohemian Rhapsody. Je veux dire que Queen a fait sa dernière tournée en Amérique en 1982, et ensuite pour diverses raisons, ils n'y sont plus jamais retournés, ce qui était vraiment dommage, parce que l'Amérique et Queen se méritaient en quelque sorte l'un l'autre. Ils étaient à la fois grands, audacieux et parfois impertinents et plus grands que nature, et c'est vraiment dommage qu'ils aient perdu cela. Mais l'Amérique est une maîtresse inconstante, et les maîtresses - elles aiment qu'on les emmène dîner de temps en temps, qu'on leur achète des fleurs, des chocolats, vous savez - être courtisées...

C'est une bonne chose que le film ait amené une toute nouvelle génération parce que je suis toujours étonné de voir à quel point le groupe est populaire. Des petits enfants qui connaissent We Will Rock You aux grands-mères.

Et je le sais parce qu'on me demande de faire des conférences sur mon passage dans le monde de la musique - quelque chose qui s'est produit au fil du temps, je ne l'avais jamais prévu. Un de mes amis qui avait une société de relations publiques m'a dit : "Viens et raconte-nous quelques-unes de tes histoires. Et au fil du temps, cela s'est transformé en ce qui est peut-être ma carrière de retraité .... !

Je m'occupe maintenant d'événements d'entreprise, comme des salons privés dans des restaurants réservés par des cabinets d'avocats pour parler de rock and roll avec eux et leurs clients. Je suis même allé en Pologne, pour Coca-cola, pour parler aux embouteilleurs de Coca-cola des quatre pays baltes.Si vous m'aviez dit cela il y a quelques années, je ne l'aurais jamais cru !

J'adapte chaque conférence à ce que le client demande, et il s'agit parfois d'événements payants - auxquels le public peut assister.

Je dis que c'est incroyable que le groupe soit encore autant aimé. Et au fil des ans, les choses les ont un peu ramené en arrière, mais oui, le film a rapporté un milliard de dollars dans le monde entier, je crois ? On ne peut pas le contester !

Les gens ont tout simplement apprécié la musique - un peu comme au Live Aid, ce genre de juke-box musical - vous avez tous les hits et la qualité du son est vraiment bonne. Ils ont travaillé dessus et c'est fantastique. Mais en tant que film, il ne se rapproche jamais vraiment de la dynamique du groupe, il ne dépeint jamais Freddie tel qu'il était vraiment.

Y a-t-il certains aspects de Freddie que vous auriez aimé voir à l'écran ?


Peter Hince : La générosité de Freddie, sa générosité d'esprit et aussi de partage de sa musique. Avec John [Deacon], Freddie a fait ressortir le talent, le talent d'auteur-compositeur, et on peut dire qu'il savait que John l'avait compris musicalement. John est très sous-estimé en tant que musicien. Il s'est développé lentement mais Freddie a pu le voir, parce que Freddie avait l'habitude de chanter des chansons de John, puisque John ne chantait pas. Ils ont travaillé en étroite collaboration et il a vraiment fait ressortir cela avec John, et il y avait une grande confiance et un grand respect entre eux deux.

Et le film ne capture pas l'humour de Freddie - il riait beaucoup - mais jamais dans le film.

"Pour les lecteurs de "Destination Queen" J'espère que vous apprécierez mon interview et aussi qu'un jour prochain mon livre "Queen Unseen" sera disponible en français. Prenez soin de vous et gardez la pêche ! Peter Hince (Londres, 23 oct. 2020)

Remerciements :


Merci infiniment à Peter Hince de m’avoir fait confiance et de m’avoir accordé autant de son temps pour cette interview.

Merci à Josia, Laurence et Eric pour leur soutien, et à Maxence pour son aide précieuse en anglais.


Bibliographie :


HINCE, Peter. Queen Unseen: My Life With the Greatest Rock Band of the 20th Century. Music Press Books, Octobre 2015. Livre de poche (version anglaise).


Je vous recommande vivement de lire le livre de Peter, qui donne un bon aperçu de la vie autour d'un groupe aussi célèbre. Ce que l'on imagine et ce que l'on connaît moins de l'envers du décor. C'est un témoignage inédit, réaliste et honnête sur Queen, mais aussi sur toute une époque de l'histoire de la musique.


© Peter Hince
























CLERC, Benoît. Queen, La Totale: Les 188 chansons expliquées, Epa Eds, 14 Octobre 2020.


Benoît Clerc détaille l'histoire de Queen, album par album et chanson par chanson, dans un livre agrémenté de témoignages d'époque. Vous pouvez y retrouver de nombreuses illustrations, et en particulier de magnifiques photos de Peter Hince (certaines inédites).


Couverture du livre de Benoît Clerc - Photo : © Mick Rock




















A propos de Peter Hince :


Si vous souhaitez contacter Peter Hince pour des éditions limitées ou des tirages originaux, une demande de conférence (pour des clients privés et des événements d'entreprise) ou une demande d'exposition photo, vous pouvez lui écrire via la rubrique "Contact" de son site web : https://www.peterhince.co.uk/index.php?f=394



© Destination Queen - Aucune partie de cette publication ne peut être reproduite, en tout ou partie, sans l'autorisation de l'auteur.



544 vues13 commentaires

©2019 par Destination Queen. Créé avec Wix.com